recette du poppers

Recette du poppers

Quelle est la recette du poppers ?

La recette du poppers ! Suivez le guide, nous vous expliquons tout. Attention, cette recette est réservée aux personnes qui s’y connaissent en chimie.

D’abord, je ne suis pas chimiste, je partage mon expérience et mes lectures de fabrication de poppers à la maison.

Si jamais vous constatez un manque ou une erreur dans l’article, que vous souhaitez ajouter quelque chose, laissez un commentaire.

Il n’y a pas de honte à essayer. Et si vous n’y parvenez pas, payez vous du poppers pour vous réconforter !

Etude de la réaction chimique pour préparer du poppers

D’abord, la réaction est en réalité assez simple. L’exemple suivant utilise de l’alcool isobutylique et de l’acide chlorhydrique. Puis, la recette détaillée l’alcool amylique.

Comment fonctionne la synthèse ?

Ensuite, la synthèse se fait par réaction entre l’acide nitreux produit in situ et l’alcool correspondant via un processus en deux étapes.

On utilise ici de l’alcool isobutylique, mais ça marche tout aussi bien avec de l’alcool isopropylique, amylique ou pentylique.

Néanmoins, c’est une réaction qui dégage beaucoup de chaleur et est explosive. Donc, voilà pourquoi le précédent article parle des points de sécurité pour faire son poppers chez soit.

Connaissez-vous la liste des ingrédients et équipements nécessaires pour fabriquer votre poppers ? Si non, commencez par la.

Les différentes dénominations des alcools

Il s’agit toujours de la même molécule, un alcool qui contient cinq carbones. L’alcool butylique en contient quatre et l’alcool propylique en contient trois.

La différence entre butyle, isobutyle et amyle, isoamyle a à voir avec les arrangements des atomes de carbone.

Butyle ou nitrite de butyle et amyle, pentyle, nitrite d’amyle, nitrite de pentyle signifie que les atomes de carbone sont disposés en une chaîne linéaire.

Iso se réfère à un arrangement différent des carbones où l’on forme une chaîne latérale. J’en parle ici en détail.

Composants pour la recette du poppers

– Alcool isobutylique = C4H10O
– Acide chlorhydrique = HCL à 37%
– Nitrite de sodium = NaNO2 à 40%
– Eau distillée = H2O

Au passage, savez-vous ou acheter vos ingrédients pour créer votre poppers ? Cet article vous l’explique !

L’ensemble du processus chimique de fabrication vous prend environ 1h30 une fois que vous êtes rodés.

Le coût de revient d’une bouteille est variable selon votre investissement en matériels, en temps et en produits chimiques.

Comptez 4 à 5 € pour les produits, plus si vous devez recommencer et ou que vous voulez tester et améliorer votre recette.

Recette pour fabriquer du poppers avec de l’acide chlorhydrique

Les équations chimiques de la recette du poppers

Ci-dessous,  les équations chimiques pour produire environ 4 bouteilles de poppers de 30 ml. Si vous voulez produire 2 bouteilles, divisez les quantités par deux.

– HCL + NaNO2 = HNO2 (acide nitreux) + NaCL (sel de table)
– HNO2 + C4H10O = C4H9NO2 (nitrite d’isobutyle) + H2O (eau)

Coup de chance, ce sont des équations équilibrées. En théorie, vous avez besoin d’une quantité égale ou quantité équimolaire de chaque ingrédient.
En pratique, c’est différent, il y a des pertes lors de la synthèse. Et la on s’accroche, la recette du poppers devient technique.

Nombres de moles à prévoir par ingrédients dans la recette du poppers

D’abord parce que votre poudre de NaNO2 peut être humide (c’est le cas si votre sachet a déjà été ouvert ou produit dans de mauvaises conditions) : il vous faudra en utiliser plus pour le même résultat, car l’eau pèse son poids.

Comptez 1,05 voir 1,1 mole de NaNO2 et stockez le NaNO2 sous vide en utilisant un extracteur d’air.

Ensuite toutes les molécules ne réagissent pas ensemble lors de la première étape, à cause de réactions secondaires, de la pression de la vapeur ou ne se rencontreront pas pendant le temps que vous laisserez la réaction se faire. Comptez 1,15 mole de HCL.

Enfin des pertes d’oxydation : le nitrite de sodium s’oxyde en nitrate de sodium, ce qui diminue la production d’acide nitreux. Mais il reste de l’alcool isobutylique. Pour le faire réagir, vous ajoutez plus de NaNO2, une partie du nitrite de sodium est contaminé par le nitrate de sodium, votre rendement décroît (mais vous obtenez votre HNO2 + NaCL).

La solution ? Traiter l’alcool comme réactif limitant et faire tomber le NaNo2 et le HCL jusqu’à 1,2 mole.

Vous pouvez utiliser les rapports molaires suivants : 1 : 1,2 : 1,2 (alcool à NaNO2 à HCL)
Ca va vous suivez toujours ? J’ai mis longtemps à comprendre de mon côté !

Recette pour fabriquer du poppers avec de l’acide sulfurique

Voici les équations chimiques :

– 2NaNO2 + H2SO4 = 2HNO2 + Na2So4
– HNO2 + C4H10O = C4H9NO2 + H20

Cette équation produit deux fois plus d’acide nitreux (HNO2) que la réaction avec l’acide chlorhydrique, en raison de la partie H2 de H2So4. Pour le même rendement que la réaction précédente, utilisez 1/2 mole.
Vous pouvez utiliser les rapports molaires suivants : 1: 1,1: 0,6 (alcool à NaNO2 à H2So4).

En tout, la recette nécessite entre 1h30 et 2 heures pour une réaction de 0,5 mole. Vous devriez obtenir au mieux 60 ml de poppers.

Voilà pour la théorie, passons à la mise en pratique de la recette du poppers.

Fabriquer du poppers : la pratique

Évidemment on est tenté de faire comme pour un gâteau au yaourt. On met tout ensemble, on mixe et on fait cuire au four à 200°C pendant 30 minutes.

Malheureusement le nitrite de sodium provoque une explosion de chaleur quand il rencontre l’acide chlorhydrique ou sulfurique.

Astuces : pré mélanger et créer un bain d’eau salée

Deux astuces : utilisez un bain d’eau salée (1 volume de sel pour 3 volumes de glace) et pré mélanger.

Mettre la glace dans un blender, faites en de la neige et peser la puis ajouter la quantité de sel adéquate.

Commencez par pré mélanger les deux solutions puis égoutter les très lentement dans le bain de refroidissement pour que la réaction ai lieu à une température négative.

La température à viser

Essayez de viser -12°C, en restant entre 0 et -12°C. Si tout se passe bien, la température devrait fluctuer entre -8 et -12°C.

Normalement, cela devrait éviter la formation de NOx (gaz brun rougeâtre vénéneux et qui tâche), le rendement et la pureté devraient être bien meilleurs que dans le cas d’un bain refroidissant classique.

Faire preuve de patience pour laisser la réaction se faire

À une température aussi basse, la couche de nitrite devient bleu-vert foncé, mais revient au jaune pâle à la température ambiante. La réaction prend beaucoup de temps, comptez 10 à 15 minutes après que la dernière goutte d’acide ne soit tombé.

Donc soyez patient, ne porter pas immédiatement votre futur poppers à température ambiante, sous peine de voir votre préparation bouillonner violemment, s’échapper du tube et dégager un gros nuage marron, nauséabond et toxique de NOx.

L’odeur du produit

L’odeur est pratiquement inexistante et dépend de l’alcool utilisé.
Comme d’habitude, le nitrite d’amyle est agréable à travailler, son odeur ressemble d’abord à celle du caoutchouc légèrement brûlé, puis à celle d’une légère odeur sucrée. Il évolue ensuite vers une odeur de banane, de caramel puis une odeur de pieds, celle qu’on associe avec l’amyle.

Dans quel ordre pré mélanger ?

D’abord il faut mélanger doucement avec l’agitateur magnétique, il ne doit pas y avoir de tourbillon.
Laissez tomber la solution acide / alcool ou simplement acide sous la surface de la solution de NaNO2 / alcool ou de NaNO2 au rythme d’une goutte toutes les quatre secondes.

Expérimentez le pré-mélange aussi longtemps que l’acide et le nitrite de sodium sont chacun dans un prémélange séparé, et ne s’égouttent que lentement l’un sur l’autre, pour améliorer votre méthode et obtenir un poppers puissant de bonne qualité.

Lavage et séchage

Dernière étape : le lavage et le séchage afin d’éliminer le trop plein d’eau et d’acide. On ajoute finalement un conservateur pour ralentir la décomposition du poppers et absorber les gaz de décomposition.

Et notre recette du poppers est finie, vous avez obtenue votre poppers au nitrite d’amyle à petit prix.

Recette détaillée pour fabriquer du poppers

Préparation des récipients

Parce qu’un exemple est toujours mieux, voici une recette détaillée avec des proportions et des astuces pour le même prix.

On utilise le bécher de 500 ml comme récipient de réaction (cf la liste de matériel pour fabriquer du poppers).

Pour permettre au bécher de tenir droit au dessus du récipient qui contient le bain de glace, je scotche trois petits morceaux de plastique en son fond. Ainsi il sera refroidit et pas trop loin de l’appareil qui anime l’agitateur magnétique.

Installation du matériel

L’agitateur magnétique est retenu par le support à anneaux.
Le bol à mesurer en Pyrex de 1 litre pour bain de glace se place sur l’agitateur.

Accrochez une pince sur le support à anneaux et attachez l’entonnoir et le tube d’extension à la pince. Faites pivoter l’entonnoir et le tube vers le côté tout en déplaçant le bain de glace et les récipients de réaction.
On attaque.

La recette du poppers

Le pré mélange des ingrédients

1) D’abord, ajoutez 65 ml de H2O distillée dans le récipient de réaction et 41,4 g (0,60 mol) de NaN02.

Puis, allumez l’agitateur magnétique à vitesse très lente. Ainsi, vous évitez la formation de tout tourbillon dans l’eau. Cela va dissoudre le NaNO2 et le mélanger les ingrédients. Et minimiser l’ajout d’oxygène et de vapeur d’eau, néfaste pour le futur poppers.

2) Puis, ajoutez 54,4 ml (0,50 mole) d’alcool amylique.
Si vous préparez un mélange d’alcools (par exemple amylique et pentylique), assurez-vous que la teneur totale en alcool est de 0,5 mole. Ainsi, si vous utilisez 3 alcools, vous aurez besoin de 0,17 mole de chacun).

3) Puis, ajoutez 20 ml d’eau distillée dans un flacon d’erlynmeyer de 125 ml.

4) Ensuite, ajoutez 49,6 ml (0,6 mole) de HCL à 37%.
Bouchez le flacon.
Enfin, mettre la fiole et le bêcher au congélateur pendant une heure pour les faire refroidir.

Créer le bain d’eau salée glacée

5) Seconde étape, prenez des cubes de glace. Puis, passez les au mixeur pour en faire de la neige. La neige est plus efficace pour garantir une réaction à des températures très basses, proches des -12°C.

Quelle quantité de glace ? Assez pour remplir la zone autour du récipient de réaction deux fois. Donc, mieux vaut trop que pas assez. Le froid est votre ami, il permet de garantir une réaction lente, efficace et sans conséquences fâcheuses

Travail sur le pré mélange de la recette du poppers

6) Par la suite, placez le récipient de réaction qui contient NaNo2, H2O et le / les alcool(s) rafraichis dans le bol à mesurer en pyrex de 1 litre.
Puis, remplissez l’espace autour du récipient de réaction avec des couches alternées de neige et le tiers du poids de la neige en sel de table.

Astuce : enfilez un bonnet de bain ou de douche autour du bol en pyrex. Ainsi la neige ou le sel restent à l’extérieur.
Ensuite, pendant que le récipient de réaction refroidit.

Mélange avec l’acide chlorhydrique

7) D’abord, vérifiez que le robinet de l’entonnoir à robinet est fermé. Puis remplissez le avec la moitié des 49,6 ml d’une solution d’acide à 37%. Ajoutez 20 ml d’eau contenue dans l’erlenmeyer bouché et préalablement placé au congélateur.

Enfin, à l’aide d’un thermomètre infrarouge, mesurez la température du bain de sel et de glace. En définitive, elle devrait refroidir le liquide du récipient de réaction à environ -12 ° C.

8) D’abord, pivotez l’entonnoir. Puis abaissez le tube descendant dans le liquide du récipient de réaction. Placez l’extrémité du tube dans le liquide, juste sous la surface, la ou la température est la plus chaude pour éviter qu’il ne gèle.

Attention souvenez-vous de ce placement (ou notez le) pour plus tard. Ainsi, quand vous placez de nouveau le tube descendant, vous arrivez toujours au même niveau, juste sous la ligne liquide d’origine.

9) Ensuite, ouvrez délicatement le robinet de l’entonnoir pour obtenir un débit d’une goutte toutes les 4 secondes.

Si vous constatez la libération de NO2 pendant la réaction, vérifiez que la température est assez basse et le taux d’écoulement correct.

10) Finalement, vous quittez la paillasse et revenez toutes les dix minutes pour vérifier le niveau de glace et le taux d’égouttement. Quand le bain de sel et de glace est liquide, il faut le changer.

Changer le bain de glace et de sel

11) Après, fermez le robinet d’arrêt, soulevez et faites tourner l’entonnoir. Puis, enlevez le récipient de réaction. Ensuite, accédez au bol en pyrex, videz le de son eau. Pour finir, replacez le récipient de réaction et rechargez le bol en alternant les couches de glace et de sel, comme lors de l’étape 6. Renouvelez aussi souvent que nécessaire.

12) Par la suite, réinsérez le tube de l’entonnoir dans le récipient de réaction, au même endroit (cf étape 8). Puis, ouvrez progressivement le robinet d’arrêt pour obtenir un débit d’une goutte toutes les 4 secondes.

13) Au bout de 1h30 environ, tout l’acide chlorhydrique est tombé. Soulevez et retirez l’entonnoir.

Utilisez l’agitateur magnétique

14) D’abord, retirez le récipient de réaction du bain de glace. Puis, placez le au-dessus de l’agitateur magnétique à vitesse ultra lente (toujours même pour la maison, cf étape 1) pendant 15 minutes. En conséquence, il ne doit pas y avoir de tourbillon. En outre, cela empêche aussi un réchauffement trop rapide (la chaleur décroît le rendement). De plus, la réaction est plus lente et le risque de relâcher du NOx moins élevé.

A ces températures froides, la phase supérieure (nitrite) doit être un mélange vert bleu foncé. La phase inférieure (déchets) doit être d’un bleu royal dû à l’excès d’acide nitreux. Ce dernier disparaît progressivement au bout d’environ 10 minutes. Si vous obtenez d’autres couleurs, vous vous êtes sans doute trompés quelque part.

15) Le liquide va se réchauffer et libérer de petites quantités de NO2. C’est un gaz brun rougeâtre, toxique. Attention à bien porter votre masque et à vous trouver dans un lieu aéré ou à travailler sous une hotte aspirante.

Séparer les composants

16) Au bout de 15 minutes, assurez-vous que le robinet d’arrêt est fermé. Puis placez une bague de serrage sur le support à anneaux et attachez l’entonnoir de séparation

17) Ensuite, versez le contenu du récipient de réaction dans l’entonnoir séparateur et laissez reposer pendant 20 minutes.

18) Pour continuer versez la phase de déchets pour neutralisation et élimination ultérieure

Obtenir le poppers final

19) Enfin, versez le rendement dans un petit bêcher. A cause du réchauffement, sa couleur a changé. Il est soit jaune clair soit ambre foncé. Placez le bêcher sur l’agitateur magnétique.

20) Ajoutez 12 ml d’eau distillée et réglez le taux d’agitation sur un rythme vigoureux. La réaction est finie, donc l’ajout de O2 et de vapeur d’eau pendant 10 minutes ne changera pas la qualité du poppers.

21) Après coup, saupoudrez 8 g de NaHCO3 (bicarbonate de sodium) dans le nitrite et laisser agir 10 minutes. Le temps pour la couleur ambre foncé ou jaune clair de se transformer en jaune pâle.

22) Ultérieurement, versez le contenu dans l’entonnoir de séparation vide (vous pouvez utiliser du papier filtre). Puis versez la phase résiduelle inférieure.

23) Versez le rendement dans un flacon erlenmeyer de 125 ml. Après, ajoutez 2 cuillères à café de MS4a. Par la suite, bouchez le flacon et conservez au réfrigérateur pendant quelques heures.
Vous verrez de très petites bulles émerger du MS4a, car ses pores se saturent. Cette étape élimine l’excès de H2O du nitrite.

24) Finalement, vous devriez obtenir entre 50 et 55 ml de poppers à l’amyle

25) Conserver dans des bouteilles de 30 ml, avec 0,6 g de K2CO3 (carbonate de potassium) et 1 cuillère à café de MS4a.

26) Ne secouez jamais la bouteille

Recette pour fabriquer du poppers : les dangers

Vous allez faire des erreurs, vous trompez, parce que vous allez trop vite ou que vous ne maîtrisez pas tout. Vous vous rappelez vos cours de chimie à l’école ? La c’était simple et sans gros danger.

Attention au NOx

Ici on parle d’une réaction potentiellement explosive, qui peut produire une forte chaleur et produire des gaz nocifs comme le NOx (gaz brun rougeâtre vénéneux et qui tâche) si l’égouttage est trop rapide.

Attention aux brûlures et à ne pas brûler les alcools

En outre, vous pouvez également vous brûler les mains, la peau si le produit déborde ou lors des manipulations des acides.
De plus, il est facile de brûler les alcools lors de l’utilisation de soufre sulfurique. Enfin Na2So4, un sous-produit sulfurique, forme un précipité épais et boueux à basse température, qui se dépose sur l’agitateur magnétique.

Les outils pour se protéger

Vous l’aurez compris, travail sous hotte de ventilation obligatoire, port de gants en nitrile, lunettes de protection, voir un masque si vous n’êtes pas sur de votre hotte et bien sur une bonne blouse en coton.
C’est une recette dangereuse, prenez les précautions qui s’imposent et ne la faite pas si vous êtes fatigués ou sous influence.

Prenez des notes pour améliorer votre recette du poppers

Enfin n’oubliez pas de prendre des notes à chaque fois pour ne pas recommencer les mêmes erreurs et améliorer votre recette au fur et à mesure.
D’abord, notez les fournisseurs, puis les temps de réaction, la température, etc. Ainsi vous aurez une idée exacte de ce que vous avez fait.

J’espère que cette recette du poppers vous est utile ! Témoignez en commentaire de vos expériences et de vos améliorations !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *